le journal de Pierre Forthomme

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 21 juin 2010

La Suède sur Radio France International

En ce solstice d'été, l'émission Carrefour de l'Europe s'est déplacée dans les jardins de l'Institut Suédois dans le Marais.

Lire la suite

mercredi 2 juin 2010

The market of talent in scandinavian countries

Article à découvrir dans l'ouvrage collectif : Growing talent, a corporate duty. Marshall Cavendish : 2010. Ou ici :

http://www.forthomme.net/uploads/Growing%20talent%20The%20market%20of%20talent%20in%20scandinavian%20countries.pdf

mardi 20 janvier 2009

Voyager avec un premier ministre

J’étais ce matin, comme chaque mardi, à l’aéroport de Stockholm Arlanda, afin de prendre mon vol pour Paris, après un long week-end passé auprès de ma famille. Juste devant moi, dans la file d’attente du contrôle de sécurité se trouvait le précédent Premier Ministre suédois, le Social-Démocrate Göran Persson, artisan pendant près d’une décennie du renouveau du Modèle Suédois (réduction drastique de la dette publique, retour à l’excédent budgétaire, modernisation de l’administration et des Services Publics …).

Objets métalliques, ordinateurs et téléphones portables, ceinture, chaussures … il fallut bien se dépouiller, l’espace de quelques instants pour être autorisé à franchir le portique de sécurité et avoir le droit d’accéder aux portes d’embarquement. La procédure ne sembla en aucun cas affecter notre homme d’Etat qui se plia avec bonhomie aux injonctions de l’agent de sécurité. Ce dernier, dont je ne saurais dire s’il avait reconnu ou non l’identité particulière de son « client », ne parut pas le moins du monde impressionné, ni même étonné, par le fait, de bon matin (5h55 !) d’avoir à effectuer une palpation en règle sur celui qui fut, quelques années auparavant, l’homme fort du Royaume Scandinave (en Suède, le roi n’exerçant qu’une fonction strictement symbolique, le Premier Ministre est véritablement, comme le Chancelier en Allemagne, le personnage central de la vie politique).

Lire la suite

samedi 26 janvier 2008

Verticalité, horizontalité et confiance en l'avenir

J’ai été récemment invité à témoigner, dans le cadre d’une émission de France Inter (voir références en fin de billet), sur l’intérêt de l’expérience Suédoise en matière de lutte contre l’exclusion, le chômage et la pauvreté. Il est vrai que depuis une quinzaine d’année, et après une période difficile au début des années quatre vingt dix, la Suède réussi objectivement sur ces questions beaucoup mieux que la France. Il n’est donc pas inutile de regarder ce qui s’y passe : le taux de chômage y est nettement plus bas, la pauvreté, l’exclusion ne prennent en aucun cas les formes manifestes, violentes, inquiétantes telles que nous les vivons chez nous et surtout et c’est pour moi le point capital, la confiance en l’avenir y est considérablement plus forte : la peur d’être laissé sur le bord du chemin n’est manifestement pas une inquiétude collective…

Et pourtant…

Lire la suite

vendredi 5 octobre 2007

La Suède et les Suédois : un regard aux sources du modèle

La Suède est mon deuxième pays. Pays de mon épouse d'abord et terre de ressourcement depuis des années pour toute la famille, pendant les vacances d'été. Et puis, la décision a muri et c'est tout naturellement qu' après plus d'une décénnie de vie parisienne, nous avons décidé de quitter les lumières de la ville pour rejoindre les rives de l'archipel intérieur de la région de Stockholm.

Lire la suite

jeudi 5 avril 2007

La tribu africaine et la multinationale…

Il y a une bonne dizaine d’années je me souviens d’avoir entendu parler d’une affaire tout à fait surprenante. L’histoire se passait en Afrique, au Tchad, je crois, et elle mettait au prise un groupe pétrolier international et une tribu locale. Depuis toujours, cette tribu du désert tirait ses sources d’existence, dans cette contrée désolée, d’un « droit de péage » qu’elle demandait aux voyageurs et caravanes de s’acquitter lorsqu’ils traversaient son territoire...

Lire la suite

mercredi 14 février 2007

Pour en finir avec les stéréotypes culturels dans les affaires

« Inutile de chercher à joindre un businessman russe le dimanche entre 11 heures et 14 heures : il est aux « banya », ces bains de vapeur où les hommes se retrouvent pour parler affaires (…) si on vous invite, prenez-le comme un très bon signe (…), à l’issu de ce rituel vous serez des leurs ».

Ce commentaire est extrait, parmi d’autres de même nature, d’un dossier sur la vie des affaires en Russie réalisé récemment par un grand magazine économique français.

Depuis plus de 15 ans que j’accompagne des entreprises dans leur développement à l’international je reste frappé de voir à quel point le besoin de construire des stéréotypes est tenace. Ce besoin est par ailleurs encouragé par des publications, parfois très respectables, consacrés aux normes de comportement de nos partenaires étrangers. On y apprend par exemple (évidement je force le trait) que « dans les affaires, les Allemands sont perfectionnistes, obstinés, rationnels et loyaux », que « « Les Polonais sont attentifs à la courtoisie », « Les Britanniques sont pragmatiques » etc, etc, etc…

Lire la suite